Les astuces des jardiniers

 

Mais comment font-ils pour réussir d’aussi belles salades ? Pourquoi les pucerons n’ont pas dévoré leurs plants ? Vous chercher des conseils pour obtenir un jardin de compétition ? Profitons de l’expérience des jardiniers de Saint-Pierre et Miquelon qui ont accepté de nous livrer leurs petites astuces pour réussir une belle récolte.

 
 
 

Construire son carré potager et réussir ses citrouilles

publié le 17 août 2017

L’astuce de Bernard pour construire son carré de potager

J’ai choisi de construire des carrés surélevés associés à un paillage pour mon potager, ce qui me permet de moins me pencher en travaillant mon jardin, d’avoir un substrat riche qui conserve mieux l’humidité et de limiter la présence d’adventices. Je monte le contour de mon carré avec des planches de 14 cm de large afin qu’il mesure 2 m x 1 m x 50 cm. Je dépose dans le fond de vieux troncs et des branches d’arbres, qui se décomposeront au fil des années dans mon carré, et je comble les interstices avec des branches broyées finement. Je rajoute par-dessus un mélange de compost, de tourbe, de terre, de goémon décomposé et de crottin de cheval que j’aurai laissé reposer 5 à 6 mois au préalable. Enfin, j’étale du compost frais sur 2 cm d’épaisseur, puis une couche de bois broyé (BRF), et je laisse reposer l’ensemble 6 à 7 mois. Je n’ai plus qu’à écarter le BRF au moment de faire mes plantations.

L’astuce de Gérard pour réussir ses citrouilles

Je réalise mes plants de citrouille sous serre au printemps pour les repiquer en extérieur entre fin juin et mi-juillet. Comme la citrouille demande beaucoup d’eau et que mon sol est très drainant, je repique chaque plant dans un pneu large que je remplis à mi-hauteur de terreau, ce qui permet de contenir l’humidité. Attention à garder suffisamment d’espace pour chaque plante. J’utilise aussi ce système pour mettre des fleurs. En peignant les pneus avec des couleurs différentes, cela décore joliment mon potager.

 

Repiquer ses courgettes et utiliser un engrais vert

publié le 27 juillet 2017

L’astuce de Laurent pour repiquer ses courgettes

Fin juin, les plants de courgettes que j’ai réalisés sont prêts à être repiqués en extérieur. Je creuse un trou dans lequel je dépose du compost décomposé pendant 2 ans à base de fumier de cheval, des déchets ménagers et de la tonte de gazon, puis une couche de terre avant de disposer le plant. Mes courgettes ont alors assez de matière organique pour se développer, avant de pouvoir les consommer à partir du 20 août.

L’astuce de Dominique pour utiliser un engrais vert

Au printemps, je sème à la volée des légumineuses sur ma parcelle qui fixent l’azote gazeux du sol. Plus tard, je sème mes haricots et petits-pois au milieu de ce couvert, puis je fauche l’engrais vert que je dépose au pied de mes plants afin qu’il les nourrisse en se décomposant.

 

Planter ses poireaux et cultiver ses petits pois

publié le 13 juillet 2017 (modifié le 21 juillet 2017)

L’astuce de Patrick pour planter ses poireaux

Au moment de les repiquer, je creuse une rigole de quelques centimètres de profondeur au fond de laquelle je dépose une couche de fumier de volaille. Je repique ainsi mes plants de poireaux au fond de la rigole. La terre bouchera la rigole et recouvrira le pied du poireau au fur et à mesure qu’il poussera, ce qui permettra d’obtenir plus de blanc.

L’astuce de Jean-Jacques pour cultiver ses petits pois

Je sème mes petits pois en pleine terre de début à mi-juin, lorsque la chaleur est suffisante. En me guidant avec un fil, je dépose une graine tous les 15 cm, puis je les enfonce avec le doigt à 3 cm environ de profondeur. Quand les plants commencent à sortir de terre, j’installe un grillage sur lesquels ils pourront s’accrocher. Je n’ai plus qu’à les laisser grandir jusqu’à ce qu’ils soient prêts à être récoltés en automne de septembre à octobre.

 

Réussir ses tomates et pailler son potager

publié le 3 juillet 2017 (modifié le 13 juillet 2017)

Les astuces de Joëlle pour réussir ses tomates

Dans ma serre, je plante un œillet d’inde au pied de chaque plant de tomate. Avec cette association, pas de pucerons ni d’acariens sur mes tomates. Maintenir une serre suffisamment humide permet aussi d’éviter le développement d’indésirables acariens.
Et n’oubliez pas de veiller à retirer les gourmands au fur et à mesure !

L’astuce de Dominique pour pailler son potager.

En hiver, je recouvre mon sol de paille (issue de mon propre poulailler) et de tonte de gazon, puis, au printemps, je rajoute une nouvelle couche d’herbe coupée. Cette couverture a deux actions : en se décomposant elle nourrit le sol, comme un compost, et favorise la faune du sol qui en améliore la structure. Elle empêche également les herbes indésirables de se développer dans mon potager.

Au moment de mettre en place mes cultures, je place directement mes plants au milieu du paillage ou je le repousse pour semer à la volée puis le redépose autours des plants lorsqu’ils sont sortis de terre. Le mélange de paille et d’herbe coupée continue d’apporter de la matière organique à mes légumes en se décomposant doucement. Sur le même principe, je butte mes patates avec de la tonte de gazon plutôt qu’avec de la terre.

 

Repiquer ses salades et planter ses pommes de terre

publié le 15 juin 2017 (modifié le 13 juillet 2017)

Les astuces de Gérard pour protéger ses salades

Pour éviter le coup de froid au moment de repiquer les salades en extérieur, protégez-les sous des demi-bouteilles plastiques renversées. L’idéal ? Des bouteilles de Ginger ale de 2L, vertes. Leur teinte plus foncée laisse passer la lumière sans brûler les plants. Vous pourrez les laisser couvertes les trois premières semaines de juin. Elles seront ensuite quasiment prêtes à consommer !

Les astuces de Patrick pour planter ses pommes de terre

Mes plants sont mis à germer 1 mois avant de les mettre en terre, dans un endroit bien éclairé par la lumière du jour, mais en faisant attention à ne pas les exposer directement.

Ils sont maintenus dressés en les serrant les uns contre les autres dans une caisse, de manière à tourner les yeux situés à la pointe du tubercule (à l’opposé de l’endroit où la pomme de terre est rattachée à la plante) vers le haut, pour favoriser le développement du germe apical. On obtiendra ainsi moins de ramifications, mais des pommes-de-terres de plus grande taille.

Je mets mes plants en terre généralement fin mai, après une averse, car mon sol est sablonneux et une terre un peu humide permet de mieux tenir les trous. Je les espace de 50cm, grâce à un outil que j’ai confectionné qui permet de faire le trou et de marquer en même temps l’emplacement du prochain plant (cf photo). Au rang suivant, mes plants seront mis en quinconce par rapport aux précédents. Pour avoir un rang bien droit, je me guide à l’aide d’un fil, piqué de part et d’autre du rang. Voilà, il ne reste plus qu’à attendre que ça pousse !